LAboratoire de Spectrochimie Infrarouge et Raman – UMR 8516
random_2
  • Français
  • English
  • Spanish

Descriptif du sujet

Analyse électrochimique des métaux traces dans des sédiments et leurs lixiviats. Développement d’une méthode de terrain
Encadrement : G. Billon
Sujet : 

Le projet européen Interreg VALSE (2016-2020) a pour objectif la gestion et valorisation durable de sédiments et sols contaminés après extraction par dragage ou excavation. L’un des modules de travail se concentre sur la construction et le suivi d’ouvrages de démonstration (par exemple une piste cyclable ou une butte paysagère) en utilisant des sédiments recyclés, afin de démontrer la faisabilité et la rentabilité de ce type de projet.

En amont de cette étape de recyclage, des améliorations sont encore possibles concernant la caractérisation chimique du gisement de matière (sédiment frais, terres excavées ou terrain de dépôt). Actuellement, la quantification de la mobilité en métaux traces est faite au laboratoire sur des échantillons isolés après un délai de quelques jours, au mieux. Un des modules de VALSE, piloté par l’équipe « Physico-chimie de l’environnement » du laboratoire LASIR, Université Lille 1, a pour but de développer des outils d’analyses rapides sur le terrain afin d’améliorer la représentativité du screening. Ces méthodes seront appliquées lors de suivi de dragage et pour le contrôle des phénomènes de lixiviation sur des ouvrages utilisant des matériaux recyclés.

Profil du poste

Le candidat élaborera des méthodes de terrain pour la quantification des métaux traces par voltampérométrie dans des matrices solides (sols ou sédiments) ou des solutions (lixiviats). Le prétraitement des échantillons ainsi que l’analyse devront être optimisés. L’un des points clés de l’étude sera le choix d’une électrode solide et sa mise en œuvre.
Deux systèmes seront développés. Un premier système léger sur batterie dont la portabilité et l’autonomie seront à maximiser. Un second, branché sur secteur, dont la caractéristique principale sera la facilité d’utilisation et qui sera donc automatisé autant que possible.

Profil du candidat

Un doctorat en chimie analytique avec une spécialisation en électrochimie est nécessaire. Des savoir-faire en automatisation / électronique ou des connaissances concernant la géochimie des métaux seraient un plus.

Détails du contrat

Le post-doctorat commencera dès que possible début 2017 et durera 18 mois. Le salaire brut sera approximativement de 2500 €.

Les candidats intéressés doivent envoyer une lettre de motivation, leur CV et 1 ou 2 lettres de recommandations
à Pr. Gabriel Billion
Date limite de réception des candidatures : 15/01/2017