LAboratoire de Spectrochimie Infrarouge et Raman – UMR 8516
random_1
  • Français
  • English
  • Spanish

Séminaire du Dr. Angel Belles

Ecole des Mines de Douai
Les échantillonneurs passifs pour la surveillance des écosystèmes aquatiques : développement et applications environnementales

Désormais, la prise de conscience générale concernant l’impact de l’homme sur l’environnement et les obligations communautaires nécessitent de mettre en place des stratégies de monitoring des milieux naturels pour en assurer le suivi et la restauration. Dans ce cadre le dosage des contaminants dans les milieux anthropisés est une des premières tâches à entreprendre qu’il convient de réaliser avec la plus grande minutie. Cependant les stratégies d’échantillonnage usuellement utilisées n’ont pas changé depuis l’avènement de la chimie analytique. Ces techniques consistent en général à prélever une certaine quantité de l’échantillon (eau, air, solide) afin d’en extraire les substances d’intérêt pour les doser. La question de la représentativité de telles pratiques se pose alors ; en effet pour un site donné la contamination peut être très variable au cours du temps et sur de faibles distances. La compréhension fine de la contamination d’un milieu en utilisant de telles techniques impose alors la multiplication des prélèvements dans le temps et l’espace et implique une importante augmentation des coûts. Depuis les années 80 mais surtout depuis le début des années 2000, des outils d’échantillonnage passif ont été mis au point dans de nombreux domaines permettant d’avoir un suivi de la contamination intégré dans le temps à moindre coût. Ces nouvelles approches consistent à prélever l’échantillon en continu et in-situ sans apport d’énergie, fournissant ainsi une valeur moyenne de la contamination du site.

Dans le cadre de ces travaux, une sélection d’échantillonneurs ont été testés et adaptés en laboratoire puis évalués en mésocosme et en conditions réelles sur divers sites environnementaux. Les domaines d’application, les potentialités de tels outils et les informations qu’ils fournissent sont multiples. Ils ont pu être utilisés avec succès pour alimenter le modèle hydrodynamique MARS développé par IFREMER. Ils ont été déployés dans des milieux aussi divers que des eaux souterraines, en mer ou en estuaire. Etant sur site en continu, l’échantillonnage de la colonne d’eau lors d’événements météorologiques extrêmes a été réalisé alors qu’une mission de prélèvement classique n’aurait pas été possible. Leur mise en œuvre facile et leur taille réduite a aussi permis d’envisager des solutions inédites telles que le suivi de terrains environnementaux situés à des milliers de kilomètres du laboratoire (Nouvelles Zélande). Enfin leur performances ont permis aussi d’atteindre des limites de détection de l’ordre de quelques pg/L (PPQ) ce qui jusqu’à présent étaient inaccessible dans les matrices naturelles.

Le séminaire aura lieu le 16.06.2014 à 09h00
salle de réunion du LASIR, sous-sol bâtiment C5